Nos textes, par date de parution

 

[1, 2016]Mill, J. S., L'utilitarisme.

...

Traduction de P.-L. Le Monnier

(L'utilitarisme.epub) (L'utilitarisme.pdf)


[1, 2014]Aristote, Métaphysique.

...

Traduction de J. Tricot.

(Métaphysique.epub) (Métaphysique.pdf)


[1, 2014]Aristote, Éthique à Nicomaque.

...

Traduction de J. Tricot.

(Éthique à Nicomaque.epub) (Éthique à Nicomaque.pdf)


[1, 2014]Aristote, Seconds Analytiques.

...

Traduction de J. Tricot.

(Seconds Analytiques.epub) (Seconds analytiques.pdf)


[1, 2014]Aristote, De l'interprétation.

...

Traduction de J. Tricot.

(De l'interprétation.epub) (De l'interprétation.pdf)


[1, 2014]Aristote, Catégories.

...

Traduction de J. Tricot.

(Catégories.epub) (Catégories.pdf)


[11, 2013]Hobbes, T, Le Citoyen (De Cive).

...

Traduction de S. de Sorbière (1649).

(Le Citoyen (De Cive).epub) (Le Citoyen (De Cive).pdf)


[7, 2013]Lucrèce, De la nature des choses.

Oeuvre majeure de l'antiquité gréco-latine, De rerum natura a été traduit de nombreuses fois en français, mais une seule fois - à notre connaissance - en vers, respectant ainsi la forme originelle du texte.  Tout à la fois portrait d'idées ayant cours dans la Rome du Ier siècle et exposition irremplaçable de la philosophie d'Épicure, De la nature des choses est - si le terme conserve un sens - un incontournable.

Traduction (en vers) d'André Lefèvre.

(De la nature des choses.epub) (De la nature des choses.pdf)


[6, 2013]Kant, E., Fondements de la métaphysique des moeurs (1785).

...

(Fondements de la métaphysique des moeurs (1785).epub) (Fondements de la Métaphysique des moeurs.pdf)


[3, 2013]Bergson, H., L'évolution créatrice.

...

(L'évolution créatrice.epub) (L'évolution créatrice.pdf)


[3, 2013]Bergson, H., Les deux sources de la morale et de la religion.

...

(Les deux sources de la morale et de la religion.epub) (Les deux sources de la morale et de la religion.pdf)


[6, 2011]Platon, Protagoras.

Considéré comme un dialogue de jeunesse (période ~399 - ~390), le Protagoras met en présence Socrate et l'un des plus célèbres Sophistes grecs.  La discussion porte notamment sur la possibilité d'enseigner la vertu.  Protagoras affirmera qu'elle n'est pas une science, mais qu'on peut l'enseigner; Socrate, à l'inverse, soutiendra qu'elle est une science, mais qu'elle ne s'enseigne pas.

Traduction de Léon Robin.

(Protagoras.epub) (Protagoras.pdf)


[6, 2011]Platon, Ion.

Considéré comme un dialogue de jeunesse (période ~399 - ~390), l' Ion propose notamment une nette distinction entre la connaissance proprement dite et les rumeurs la concernant et que peuvent rapporter les «rhapsodes».

Traduction de Léon Robin.

(Ion.epub) (Ion.pdf)


[6, 2011]Voltaire, Lettres philosophiques.

De notre côté du temps, les Lettres philosophiques tiennent lieu de délicieuse introduction à l’esprit des Lumières; esprit dont nous sommes, à plus d’un chapitre, toujours tributaires, pour le meilleur et pour le pire. À cet égard donc, elles n’ont pas pris une ride. Esprit universel, Voltaire passe en revue l’actualité de la science, de la religion, de l’art, de la politique et bien sûr, de la philosophie. Et l’actualité, en cette première moitié du XVIIIe siècle, c’est en Angleterre qu’elle s’écrit, ainsi, en tout cas, pense Voltaire, non sans quelque vraisemblance. C’est donc de ce côté qu’il nous invite à tourner nos regards; d’ailleurs, ce n’est presque pas trop dire qu’on y fait tout mieux qu’en France;  l’œuvre de journaliste avant l’heure sera donc complétée par celle du pamphlétaire : c’est qu’on imagine mal Voltaire manquant une occasion de distribuer de très civiles taloches. Les siens (les Français) en auront leur juste part.  (Édition de 1734.)

(Lettres Philosophiques (1734).epub) (Lettres philosophiques (1734).pdf)


[5, 2011]Platon, La République (extraits).

Cette édition propose un extrait de La République dans la traduction de Léon Robin.

Il s'agit du passage 508a-fin du Livre VI (l'«Analogie de la ligne») et du début du Livre VII (514a-521b) (l'«Allégorie de la Caverne»).

Quelques notes ont été ajoutées.

(La République Extraits VI, VII.epub) (La République VI-VII Extraits.pdf)


[5, 2011]Platon, Alcibiade.

Ce dialogue met en scène le «bel Alcibiade» et son vieux soupirant, lequel s'intéresse davantage à son âme qu'à son corps.

On y apprend notamment que la pire vilénie consiste à prétendre savoir lorsqu'on ignore, qu'à proprement parler l'homme n'est pas son corps - instrument - mais son âme et qu'on ne devrait pas se lancer en politique avant de s'être assuré de posséder vertu et sagesse morale.

Traduction de Léon Robin.

(Alcibiade.epub) (Alcibiade.pdf)


[4, 2011]Rousseau, J.-J., Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes.

Le «Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes» (1754). Texte intégral, y compris les longues Notes de l'auteur.

(Discours sur l'inégalité (1754).epub) (Discours sur l'inégalité (1754).pdf)


[4, 2011]Rousseau, J.-J., Discours sur les Sciences et les Arts.

Gagnant du prix de l'Académie de Dijon en 1750, le «Discours sur les Sciences et les Arts» a, en plein siècle des «Lumières», l'effet du pavé dans la mare..(Discours sur les Sciences et les Arts (1750).epub) (Discours sur les sciences et les Arts (1750).pdf)


[4, 2011]Schopenhauer, A., «Métaphysique de l'amour».

Ce texte - à certains égards troublant, voire choquant -, fait partie du vaste ensemble qu'est «Le monde comme volonté et comme représentation», en constituant le chapitre XLIV des «Suppléments» (celui-ci, au Livre Quatrième).

On y lit, non sans une certaine aigreur, que les grandes passions amoureuses ne sont que des manipulations dont nous sommes l'objet de la part de la «vie», en l'occurrence afin qu'elle obtienne de nous ce qu'elle «désire» fondamentalement: de meilleurs enfants...

L'explication qui y est fournie de l'homosexualité y est particulièrement dérangeante, pour des oreilles occidentales du XXIe siècle.

Traduction de A. Burdeau.

(«Métaphysique de l'amour».epub) (Métaphysique de l'amour.pdf)


[4, 2011]Descartes, R., Méditations sur la philosophie première.

Plus explicites que le «Discours» en ce qui a trait à certaines thèses essentielles du rationalisme, les «Méditations sur la philosophie première» constituent un classique incontournable.

Les Objections et les Réponses ne sont pas incluses dans cette édition.

(Méditations (1641, 1647).epub) (Méditations (1641, 1647).pdf)


[4, 2011]Descartes, R., Discours de la méthode.

Ce texte se passe de présentation.

Notre édition est (théoriquement) débarrassée des coquilles et nous l'avons établie en conformité avec une graphie actuelle.

(Discours de la méthode.epub) (Discours de la méthode.pdf)


[3, 2011]Nietzsche, F., L'origine de la tragédie.

Les traductions actuelles de ce texte préfèrent généralement l'intituler «La naissance de la tragédie».

Il s'agit d'un texte fondateur pour la philosophie de Nietzsche, où, avec une véhémence et un emportement qu'il ne niera jamais ultérieurement, nous sont présentés quelques-uns des thèmes qui resteront au coeur de son oeuvre, notamment en ce qui a trait à la morale et aux puissances de la «vie».

La traduction de Marnold et Morland n'a rien à envier aux plus récentes, en termes de fidélité ou d'intérêt littéraire.

Nous avons procédé à quelques modifications de traductions (lesquelles sont évidemment indiquées en notes).

(L'origine de la tragédie (1872).epub) (L'origine de la tragédie.pdf)


[3, 2011]Robin, L., Platon.

Le «Platon» de Léon Robin est une oeuvre magistrale qui, malgré le temps qui passe et diverses critiques qui ont pu lui être adressées (et qui le sont encore), reste vraisemblablement la meilleure introduction «savante» à l'oeuvre de l'élève de Socrate.  Tous les thèmes majeurs de l'aventure philosophque platonicienne y sont abordés, d'une manière succincte, certes, mais néanmoins profonde et propre à rendre possible l'amorce d'études plus approfondies.

(Platon (1935).epub) (Platon (1935).pdf)


[2, 2011]Bréhier, É., La philosophie du Moyen-Âge.

La philosophie du Moyen-Âge» d'Émile Bréhier reste, malgré les années qui passent, l'ouvrage phare pour une introduction à la connaissance telle qu'on la concevait et la pratiquait durant ces neuf siècles qui vont de Boèce à Maître Eckhart, en passant par les Jean Scot, Anselme, Avicenne, Averroès, Bonaventure, Thomas d'Aquin, d'Occam... Présenter tous ces maîtres à penser d'une manière succincte, sans pour autant sombrer dans la simple encyclopédie superficielle, c'est-à-dire notamment en exprimant et en pénétrant un certain «esprit» qui régnera durant toute cette période et par rapport auquel se définissent, d'une manière ou d'une autre, tous ces maîtres, est une tâche que peu de spécialistes actuels oseraient entreprendre. L'ouvrage de Bréhier n'en est que plus précieux pour nous.

Notre édition contient toutes les notes de l'auteur, ainsi que la bibliographie.

(La philosophie du Moyen-Âge (1949).epub) (La philosophie du Moyen-Âge (1949).pdf)


[2, 2011]Platon, Lachès.

Les traductions des textes de Platon, disponibles ici ou là en «domaine public», abondent.  Malheureusement, la plupart sont empreintes d'inexactitudes ou de "flous" qui ne rendent pas l'esprit de la pensée (quand ce n'est pas carrément la lettre...).

Celles de Léon Robin sont remarquables, malgré une lecture qui pourra sembler un peu lourde aux "modernes".

Le «Lachès» est un dialogue «de jeunesse», où l'intérêt de Socrate et de ses interlocuteurs se porte sur l'éducation et la définition du courage.

Aporétique (comme il se doit...), ce dialogue offre notamment d'excellents exemples de la «logique» socratique (elegkhos).

(Lachès.epub) (Lachès.pdf)


[2, 2011]Nietzsche, F., Le gai savoir.

L'un des textes majeurs de Nietzsche est présenté ici dans la traduction d'Henri Albert, qui n'a rien à envier aux plus récentes.

Nous avons effectué quelques légères modifications - essentiellement linguistiques -, évidemment indiquées dans les notes.

(Le gai savoir (1887).epub) (Le gai savoir (1887).pdf)


[2, 2011]Nietzsche, F., Seconde considération inactuelle.

La «Seconde considération inactuelle»: «De l'utilité et des inconvénients de l'histoire pour la vie» (1874) est tout à la fois une charge contre les prétentions de l'«histoire» à se considérer elle-même comme une «science» et une mise en garde - toute nietzschéenne - face au caractère inhibiteur de l'accumulation de certains «savoirs».

Un texte de Nietzsche, c'est-à-dire osé, dérangeant, interpellant.

La traduction d'Henri Albert est excellente.  Nous lui avons apporté quelques légères modifications - essentiellement linguistiques -, évidemment indiquées dans les notes.

(Seconde considération inactuelle (1874).epub) (Seconde considération inactuelle (1874).pdf)


[2, 2011]D'Alembert, Discours préliminaire à l'«Encyclopédie».

Le long «Discours préliminaire à l'Encyclopédie» de d'Alembert est un témoignage irremplaçable d'un certain état d'esprit qui anime le siècle des «Lumières».

(Édition adaptée au français contemporain.)

(Discours préliminaire à l'Encyclopédie (1751).epub) (Discours préliminaire à l'Encyclopédie.pdf)


[1, 2011]Kant, E., Réponse à la question «Qu'est-ce que les Lumières?».

Ce court texte jette un intéressant éclairage sur l'esprit du siècle des «Lumières», tout autant que sur certaines directions des thèses kantiennes.

Le texte présenté ici est une construction effectuée par nous à partir d'un certain nombre de traductions disponibles, et ne correspond à aucune en particulier.

Traduction anonyme.

(Qu'est-ce que les Lumières? (1784).epub) (Qu'est-ce que les Lumières? (1784).pdf)


[1, 2011]Arrien de Nicomédie, «Manuel» d'Épictète.

Ce classique du stoïcisme «impérial» est présenté ici dans une traduction anonyme - tout à fait fidèle, si on la compare aux traductions plus récentes -, à laquelle ont été ajoutées quelques notes.

Traduction anonyme

(Le Manuel d'Épictète.epub) (Le Manuel d'Épictète.pdf)



[1, 2011]Épicure, Lettre à Ménécée.

Ce court texte - qui fait la joie des lycéens/cégépiens, à cause justement de sa brièveté... - résume l'essentiel de la «recette du bonheur» épicurienne, recette qui met à mal, notamment, les avancées de Cicéron et, à sa suite, de tout l'Occident chrétien, qui tendent à confondre épicurisme et hédonisme jouissif...

Traduction de O. Hamelin.

(Lettre à Ménécée.epub) (Lettre à Ménécée.pdf)